Faute antisportive?

May 2, 2018

A la différence des nombreux autres sports, au basket nous n’avons pas de carton jaune ou rouge. Pourtant, pour sanctionner les comportements et les fautes qui sortent du commun, nous disposons de fautes particulières : les fautes antisportives, les fautes techniques et les fautes disqualifiantes.

 

Aujourd’hui nous allons voir les fautes antisportives.

 

Elles résultent forcément d’un contact entre un joueur et son adversaire. Pour attribuer cette faute, l’arbitre dispose de plusieurs critères et si l’un d’entre eux est rempli alors l’arbitre se doit d’attribuer ce type de faute. Voici les critères :

  • Un joueur qui ne joue pas le ballon. Par exemple, je lui tire le maillot au moment du tir. Il s’agit d’une faute, mais on peut légitimement dire que le défenseur n’a pas la volonté de jouer le ballon. Sur les actions de tirs, il faut regarder si le défenseur crée le contact sur l’avant-bras ou la main, auquel cas on considère qu’il a essayé de jouer le ballon, en revanche si le contact se produit à partir du coude, la faute doit être sanctionnée comme antisportive.

  • Une faute rude. Le joueur peut jouer le ballon mais si cela est fait de manière trop rude, alors cela doit être sanctionné d’une faute antisportive. Par exemple, un joueur qui en voulant contrer son adversaire, le projette suite au contact. Sur un rebond, le fait de toucher son adversaire volontairement avec les coudes doit également être sanctionné de la sorte.

  • Lors d’un contre-attaque, toute faute commise sur le côté ou par derrière (sur le joueur qui a le ballon) par le dernier défenseur doit être sanctionné d’une antisportive. Et ce quel que soit la gravité et l’intention du défenseur c’est-à-dire même s’il cherche légitimement à intercepter le ballon. Cette règle s’applique jusqu’à ce que l’attaquant commence son action de tir. Dès lors que l’action de tir a commencé, il n’y a plus que les critères de rudesse et de jouer le ballon qui s’applique.

  • Depuis cette saison il y a un nouveau critère de faute antisportive : le fait de « couper » la contre-attaque ou le jeu rapide volontairement. Qu’il s’agisse ou non du dernier défenseur, lorsque l’arbitre estime que la faute est faite uniquement dans le but de stopper la contre-attaque, le jeu rapide ou même la transition, alors il doit sanctionner le défenseur d’une faute antisportive. Cela évite toutes les fautes sur lesquelles le défenseur levait même la main pour signaler à l’arbitre qu’il fallait siffler ! C’était efficace mais allait à l’encontre de l’esprit du jeu. Désormais pour arrêter une contre-attaque, il faut courir et défendre !

  • Dans les 2 dernières minutes du match, si la faute est commise alors que le ballon est dans les mains du joueur qui fait la remise en jeu. Cela permet d’éviter que la défense fasse faute pour envoyer l’équipe adverse au lancer franc sans faire tourner le chronomètre. Tactique utilisée lorsque l’équipe qui défend perd et souhaite vite récupérer le ballon. Il reste 16 secondes à jouer et je perds de 1 point, j’ai intérêt à faire faute et ensuite j’ai le ballon pour gagner ou égaliser. Les grecs étaient les spécialistes de cette tactique !

Une faute antisportive est sanctionnée de lancer-francs plus de la possession. Un, deux ou 3 lancer-francs si la faute à lieu lors d’un tir et 2 lancer-francs si la faute a lieu dans le jeu, hors situation de tir. Il est à noter qu’un joueur qui reçoit 2 fautes antisportives, ou une faute technique et une faute antisportive est disqualifié et doit rejoindre le vestiaire. Heureusement c’est assez rare comme situation !

 

Votre arbitre, Thomas

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Derniers posts

Please reload

  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Devenez

Partenaires

Vous êtes le 

ème

Facebook

Email

© 2017